Cameroun : la Fécafoot et l’embarras Volker Finke

Après l’élimination au 1er tour de la Can 2015, Alain Giresse a été viré au Sénégal. Volker Finke, lui, continue à jouir de l’éternelle inertie camerounaise.

Joseph Owona, le président intérimaire de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot), et Volker Finke, l’entraîneur allemand des Lions indomptables, se voulaient très rassurants avant la compétition. Selon l’ancien ministre des sports devenu président fédéral par décret, le Cameroun ne pouvait trouver mieux que Finke au poste de sélectionneur. Ce dernier, galvanisé par une bonne campagne de qualification avec une équipe remaniée, promettait : «Je ne parle pas aux médias, je parlerai sur le terrain». Or en Guinée équatoriale, ce terrain a montré les limites du technicien allemand de 67 ans arrivé à la tête de l’équipe du Cameroun depuis mai 2013. Narguant supporters et journalistes, il a laissé sur le banc le prometteur attaquant de Lyon Clinton Njié en insistant pour faire jouer Franck Etoundi et Franck Kom malgré des prestations lamentables de ces deux joueurs anonymes.

Le retour de l’équipe du Cameroun fut par conséquent mouvementé, des groupes de supporters s’en prenant vertement à Finke au passage du cortège, l’accusant d’avoir fait éliminer l’équipe par ses choix discutables. Ce coach, qui n’a pour seul état de service que d’avoir entraîné Fribourg en Bundesliga pendant une décennie, résistera-t-il encore à la tempête, lui qui fut maintenu miraculeusement à son poste après le naufrage du Cameroun au Mondial 2014 et qui estime encore que son équipe n’a pas mal joué à la Can 2015? Il se murmure à la Fécfaoot qu’on attend patiemment la fin de son contrat en mai pour s’en débarrasser, pour ne pas avoir à payer de lourdes pénalités. Mais on sait que M. Finke a aussi de solides appuis à la présidence de la République, et on sait qu’au Cameroun il n’y a pas que la logique sportive qui prime en football.

share on: