CAN 2000 : Bernard Tchoutang enflamme Samuel Eto’o sur le cas Job !

De passage dans l’émission sportive « Le Vestiaire » sur les antennes de SFR Sport 1, l’ancien Lion Indomptable fait des révélations sur le malaise qui a privé  Joseph – Désiré Job de fouler la pelouse du Accra stadium ou du National stadium de Surulere, lors de la Coupe d’Afrique des Nations (Can) de 2000.

Devancé par Jean-Armel Kana-Biyick, invité du programme le 13 juin dernier, Bernard Tchoutang de confier au public des informations sur la sélection de football du Cameroun. Soumis au jeu de questions/réponses proposées par Emmanuel Petit, William Gallas et Frank Lebœuf, l’ex-sociétaire du Tonnerre Kalara Club de Yaoundé soupçonne  Samuel Eto’o Fils d’avoir lancé un sort à  Joseph-Désiré Job, alors titulaire au côté de Patrice Mboma, au sein de l’attaque des Lions Indomptables.

 

D’après lui, une seule poignée de main aura suffi à Samuel Eto’o Fils pour prendre la place de Joseph-Désiré Job. Relatant sur le plateau les faits auxquels il a assisté ce jour-là, Tchoutang affirme que le quadruple ballon d’or africain alors jeune loup en sélection, et  dont le challenge était devenir le meilleur attaquant de l’histoire du football camerounais, a refusé de saluer tous ces autres co-équipiers et est allé tendre directement la main à Job. Un geste simple qui selon Tchoutang Bernard,  est la cause de la crise de diarrhée qui a empêchée celui que les supporters appellent communément « Mademoiselle »,  de ne participer à aucun match tout au long de la compétition.

 

L’émission coïncidant avec la Coupe des Confédérations, Bernard Tchoutang rend un vibrant hommage à Marc-Vivien Foé, décédé à Lyon le 26 juin 2003 à l’âge de 28 ans de suite d’une crise cardiaque lors de la demi-finale opposant le Cameroun à la Colombie. Pour l’ex-sociétaire du club hollandais de Roda JC, Rigobert Song était certes le capitaine de la sélection, mais « Marco en était le Sage ».

share on: