Chan contre performance : les raisons de la débâcle !

Les Lions A’ ont terminé dernier de leur groupe lors du tournoi de préparation qui s’est achevé le 07 janvier dernier à Yaoundé.
Par Dimitri Mebenga
05 rencontres pour 01 victoire, 02 nuls et 02 défaites pour 07 buts encaissés et 05 marqués. Tel est le bilan de Martin Ndtoungou Mpile, entraineur des Lions A’ depuis son arrivée à la tête de cette sélection le 21 octobre 2020 par décision du ministre des Sports. Pour l’occasion, l’on constate que le technicien camerounais a utilisé 109 joueurs en 75 jours. Malgré ce chiffre prolifique, il peine à mettre en place un groupe homogène. D’ailleurs à la fin du match contre la Zambie, il a laissé entendre qu’il ne « peut rien faire, les listes ont été acheminées à la Caf ». Résignation ou incompétence ?

La première raison de cette absence d’âme dans le jeu se trouve dans l’exode des joueurs vers des destinations beaucoup plus rentables. Près d’une dizaine de joueurs qui sont parmi les meilleurs du championnat sont allés chercher fortune ailleurs, désossant ainsi que la sélection dans tous les compartiments.
La désagrégation du bloc constitué par Yves Clément Arroga, le prédécesseur de l’actuel entraineur qui a opéré une rupture sur le travail entamé le premier. Ndtoungou Mpile n’a pas opté pour la continuité préférant ainsi reprendre le travail à zéro. Faut-il le rappeler, en 06 sorties, Arroga comptabilise O2 victoires, 04 nuls et 0 défaites avec 04 buts et 01 concédé. Quelques temps avant son limogeage, il a déclaré qu’il est à «  la recherche d’un tueur ». Entendons par là un avant-centre qui peut inscrire des buts.
Les convocations tendancieuses des joueurs qui résultent de la guerre des lobbys (journalistes, agents de joueurs, entraineurs, cadres de la Fecafoot et du Minsep) qui veulent tous voir leurs protégés arborer les couleurs de la nation avec pour dessein d’étoffer les CV pour faciliter la signature des potentiels contrats Auprès des clubs d’Afrique du nord et des destinations exotiques d’Europe.

La conséquence directe : une équipe qui manque d’envie, un jeu lent qui manque de percussion à l’attaque et une grosse difficulté dans les phases de la transition comme l’on a observé lors des deux premières sorties. L’équipe est amorphe, apathique avec beaucoup de manquements dans tous les échelons offensifs et défensifs. Il ne reste plus que quelques jours à Martin Ndtoungou Mpile pour changer le visage de cette équipe.

share on: