Comité de Normalisation: M. Happi tacle Paul Biya! 3e chronique de Jacques Bell.

Il n’ est point utile de rappeller ô combien le sport roi , j’ ai nommé le football est plus qu’ une réligion au Cameroun, car en tant que régulateur de masses et d’ émotions , il transcende tous les clivages ethnicocentriques et nous rappelle à tous l’ appertenance à une seule Nation : Le Cameroun , notre bien incessible. Fort de tous ces enjeux de coséhion sociale , de fermant unitaire, le Président de La République, préminence institutionnelle, son Excellence Paul Biya a présidé hier au stade Ahmadou Ahidjo, la 58 Coupe du Cameroun . Cérémonie qui clôture la fin de la saison sportive,c’ est dire, l’importance stratégique et politique du sport et singulièrement du football dans la gouvernance publique. À titre illustratif, la création d’ une académie de football, l’ organisation de La Can féminine en 2016 et celle masculine en 2019 en sont les preuves concrètes du volonté politique réelle de doter le Cameroun , mieux la jeunesse des infrastructures modernes qui con –
courent à son épanouissement. Dès lors, Comment peut on entrevoir annuler, voire déclarer une saison sportive blanche en 2017, alors que celle ci a été célèbrée hier par le Premier sportif ? Mieux , Me Happi, je veux dire le satrape de Tsinga sait il que Le Cameroun organise La Can en 2019 ? À quoi joue t – il ?

Incompétent est un euphémisme pour qualifier le management putride et nauseux du satrape de Tsinga eu égard à ses nombreux loupages dans la gestion de la fédération camerounaise de football. ( fecafoot) . Tout d’ abord, comment comprendre et admettre l’ approche héritique c’ est dire insensée de Me Happi sur sa volonté à déclarer une saison blanche en 2017, si ce n’ est de tacler voire défier Paul Biya. Y faisant, poursuivre son objectif macabre , celui de detruire le football et de tuer le rêve de toute une jeunesse, le tout avec la bénediction de certains présidents des ligues régionales, les Nommés, Luc Assamba du Centre,Alim Konaté du Nord, John Begheni Nde du Nord Ouest .

Outre, il n’ est plus mystère sur la volonté du satrape de Tsinga d’ utiliser tous les moyens illicites pour évincer le camp Tombi des futures élections. Pour cela, il ne récule devant aucune indécence , preuve de sa visite au Tribunal Criminel Spécial la semaine dernière pour solliciter la réouverture du dossier Tombi à Roko. Me Happi, est il devenu Procureur de la République ? Je veux dire est il le garant de l’ opportunité et de la légalité des poursuites ?

Enfin, c’est regrettable de le dire ainsi , Me Happi est ce marmiton,mieux ce robot téleguidé dont les commandes et les mallettes sont ailleurs.Toutefois, en accèptant et en affichant son choix pour la préfèrence du camp Abdourahman , Me Happi s’ est très vite dévoilé et à dévoyer sa mission travers mensonges , avanies sur la soit disante faillite financière de la fécafoot :  » j’ ai trouvé 320 millions de francs pour une dette 700 millions. C’ est pourquoi , je ne peux ni honorer aux engagements, ni relancer les championnats, mais je peux me permettre un salaire de 7000000 frs par mois. » Toute chose qui met à nu la nature vénale de l’ homme. Pour rappel, la fécafoot disposait en septembre ,c’ est à dire au moment où la normalisation s ‘ installait, tout gain cumulé un montant de trois millards huit cent quatre vingt millions de francs cfa.

Au démeurant , Me Happi n’ a ni compris l’ importance du jeu comme essence matricielle de l’ existence d’ une féderation, ni sa prope mission au sein de la fécafoot, encore moins le football comme le fait social aux relents des enjeux politiques dans le construit de la gouvernance publique du système gouvernant. Néamoins, il a compris celui du métal jaune, sublime vertu chez un satrape.

Jacques Bell

share on: