Fecafoot : les cris de détresse de l’Acfac!

Par Dimitri Mebenga

Des présidents de clubs de football membres de l’Association des clubs de football amateur du Cameroun ( Acfac) regroupés sous la bannière de l’Assemblée générale élue en 2009 ont siégé ce 02 février 2021 par visio conférence. « Au terme de ces travaux, après avoir pris acte de la sentence rendue par le tribunal arbitral du Sport (Tas) le 15 janvier 2021 dans la procédure Tas 2019/A/6258 et après avoir analysé ses conséquences de droit, notamment la vacance à la tête de la Fecafoot, les membres de l’Assemblée Générale ont décidé de retirer toute compétence à Seidou Mbombo Njoya et aux membres du Comité exécutif élus le 12 décembre 2018, de désigner, pour une période de trois mois à compter de son installation, un Comité exécutif provisoire chargé de gérer les affaires courantes de la Fecafoot, de réviser les statuts et le Code électoral et d’organiser un processus électoral juste, équitable et transparent », lit-on sur un post en consultation libre sur les réseaux sociaux.

Pour ce faire, ils ont procédé à la nomination des membres chargés d’animer cet organe provisoire avec pour président, Albert Mbida, vice-Président, Ndoki Mukete. Parmi les membres, l’on retrouve, François Dikoume, Tado Oumarou, Boudjiko Youkeka Pierre, Lucien Mettomo et Sah Walters.

Entre autres missions, ils doivent réquisitionner une partie des locaux et du personnel de la Ligue de football professionnel du Cameroun (Lfpc) pour la mise à la disposition du Comité exécutif provisoire, en attendant que le siège de la Fecafoot soit libéré, poursuit ce texte.

La veille de cette assise, les membres de la commission des questions juridiques de la Fecafoot ont signé un communiqué pour dénoncer » une action entreprise par des individus dont le seul but est de plonger le football camerounais dans un état de désordre permanent et partant de ternir l’image de marque du Cameroun au moment où ce grand pays de football dans le monde accueille actuellement le Championnat d’Afrique des nations ( Chan) prétend se fonder sur la sentence du Tas du 15 janvier 2021″.

Pour la Fecafoot, elle est non seulement illégale parce qu’elle viole la décision sur laquelle elle dit s’appuyer mais en plus, elle est portée par des personnes n’ayant plus qualité de membres dans les organes habiletés de la Fecafoot car disqualifiés par la sentence sus- évoquée.

La Fecafoot entend  » continuer à mener toutes ses actions qu’elle juge utile dans la limite de ses prérogatives définies par la sentence du Tas et validée par la Fédération internationale de football association ( Fifa), conclut le document.

share on: