Lions Indomptable : Hugo Bross rompe le silence : « J‘aime la transparence ».

Après sa dernière sortie qui a fait le tour du monde, le sélectionneur des lions indomptables s’est confié à nos confrères de Cameroun Tribune à cœur ouvert, l’intégralité   de l’échange.

 

 

CAMEROON Que s‘est-il véritablement passé autour de la convocation de Karl Toko Ekambi, accusé d‘avoir refusé de répondre à l‘appel ?

On a fait une présélection de 28 joueurs il y a près de trois semaines. Et on a dit qu‘on va choisir les 23 définitifs plus tard. Je n‘avais pas sélectionné Toko Ekambi dans la liste définitive et il a dit : « Comme je ne suis pas avec les 23 maintenant, il ne faut plus m‘appeler. Je ne viens plus. » C‘est tout. Pourquoi bavarder avec lui alors qu‘il dit qu‘il n‘a pas décliné la convocation ? Nous  en  avons  pourtant  la preuve.

 

Dans ce sens, c‘est à lui de prendre ses responsabilités. Je comprends très bien qu‘un joueur ne rit pas quand il n‘est pas sélectionné dans les 23. Je peux aussi comprendre que la déception est si grande qu‘il dise de ne plus l‘appeler. Mais après, démentir ses propos est incorrect.

 

Existe-t-il  un  problème Choupo puisque vous avez abondamment évoqué ses blessures?

Je veux seulement montrer aux gens qui m‘interpellent toujours sur le cas Choupo qu‘à chaque fois qu‘il a été convoqué, il a été blessé. Il a refusé d‘aller à la CAN parce qu‘il trouvait que je n‘avais pas assez confiance en lui. J‘ai ensuite eu un entretien téléphonique avec lui et il a dit être disponible. En mars, il était de nouveau avec l‘équipe. Je ne sais pas s‘il a souvent joué de malchance ou alors s‘il utilise la blessure pour ne pas venir et manifester son mécontentement à rester sur le banc.

 

Faut-il laisser un joueur  faire  un  vol  de  sept heures et demi pour montrer sa blessure et qu‘on lui dise : ok tu es blessé, pars ? Depuis février 2016, il a refusé près de 80 % des sélections parce qu‘il était blessé. Contre le Nigeria, je l‘ai fait rentrer pendant 15 minutes, il s‘est blessé. Son problème, ce sont ses blessures. Même si j‘ai été surpris de le voir jouer le samedi d‘après en club. Mais je refuse  de  ne  pas  le  croire.  S‘il cherche une excuse pour ne pas jouer, c‘est qu‘il doit se sentir très mal. Mais moi je le crois.

 

Selon  certains  observateurs, vos propos semblent toujours  accuser  les joueurs?

Lundi, il y a un Camerounais qui m‘a dit : j‘ai suivi votre conférence de presse. Vous êtes trop honnête et trop transparent. Ici au Cameroun, vous allez avoir des ennuis avec cette façon de faire. Mais je ne vais pas changer. Je n‘ai pas de secret pour qui que ce soit. Si un joueur comme Toko nie maintenant ce qu‘il a dit, dois-je me taire ? Dois-je tout encaisser et ne rien dire ? J‘aime la transparence. Je pense que depuis que je suis ici, je l‘ai toujours été même si certains ont remis ça en cause.

 

Comment parler d‘équipe alors qu‘il n‘y a clairement plus  de  sérénité  dans  le groupe ?

Ça dépend aussi des gens de l‘extérieur. Ça vient d‘eux. Si on lance des rumeurs comme quoi c‘est mon Team manager qui fait l‘équipe parce qu‘il y avait cinq joueurs originaires de la même région que lui, c‘est un problème. Si on continue à faire ça, la sérénité ne sera plus jamais la même. On a été cinq semaines hors du Cameroun pour préparer la CAN. Vous avez vu les résultats. Mais chaque fois qu‘on est ici, ça recommence. A la fin, qui va payer la note ? C‘est moi. Il y aura un nouveau coach et il repartira de là où je suis parti il y a deux ans.

 

© Cameroon Tribune : Propos Recueillis Par Josiane R. MATIA

share on: