Milla ne cracherait pas sur un poste de président de la Fécafoot

Alors que le gouvernement camerounais a dépêché une nouvelle mission (la troisième en deux ans) à Zurich, conduite par Louis-Paul Motaze, le secrétaire général des services du Premier ministre, pour tenter de résorber la crise qui secoue la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) depuis deux ans, la légende du football camerounais s’est exprimé ce jeudi dans les colonnes du journal « Le Point du Jour ». Pour le plus vieux buteur en Coupe du monde (il avait 42 ans quand il marqua contre la Russie en 1994), la solution au problème de la Fécafoot n’est pas compliquée: « Nous sommes 23 millions de Camerounais. Vous ne pouvez pas me dire que dans cette population il n’y a pas des gens honnêtes« . Et d’ouvrir la possibilité pour lui-même de diriger la fédération: « S’il y a une opportunité qui se présente, pourquoi pas? Je ferai correctement mon travail comme je l’ai toujours fait« .
Opposé au camp de l’ancien président Iya Mohammed, en prison, et de son secrétaire général Tombi à Roko, nouveau candidat favori à a Fécafoot, Roger Milla se réjouit de la sentence du Tribunal arbitral du sport (Tas) qui a annulé les élections prévues le 28 février dernier. Suite à cette décision du Tas, la Fifa avait prorogé jusqu’au 20 mars 2015 le mandat du « comité de normalisation » qu’il avait mis sur pied en 2013. Le comité exécutif de de la Fifa se réunit le même jour et donnera sa nouvelle position sur le cas Cameroun.
 
share on: